Coups de coeur roman

Cormac Mccarthy : La route

Un enfant et son père (dont on ne saura jamais les noms) survivants d’un cataclysme jamais nommé errent sur la route à la perpétuelle recherche de nourriture. Face à ce monde apocalyptique où chacun lutte pour sa survie, le père doit faire face à de nombreuses situations dangereuses tout en essayant de préserver l’innocence et l’équilibre de son enfant.

Cormac McCarthy a reçu le prestigieux prix pullitzer pour ce roman post-apocalyptique au ton sec et pour lequel il utilise des phrases courtes, parfois sans verbe, qui décrivent parfaitement l’état de méfiance constante de ses personnages. Les incessantes interrogations du fils à son père sur le bien et le mal contrebalance les horreurs perpétrés par ces tribus déshumanisés et apportent une note d’espoir pour le futur.

Ecrit dans un style très cinématographique, la route a été logiquement adapté au cinéma avec succès par le talentueux réalisateur John Hillcoat, avec dans le rôle principal Viggo Mortensen et mis en musique par Nick Cave et son comparse Warren Ellis. Que du beau monde …

Publicités

Annie Ernaux : La Place

J’ai savouré avec beaucoup de plaisir et d’intérêt l’histoire de cette fille qui parle de son père ; il veut sortir de sa condition d’ouvrier et y parviendra sans arriver à ce dont il rêvait…
C’est un récit très simple qui montre les différences sociales à travers des détails très éloquents et émouvants.

La plus douloureuse distance sera celle qui se creusera entre l’auteur et son père. Mais la fille n’oublie pas ses origines, elle comprend et nous fait comprendre les comportements qui sont engendrés par ces « complexes »…
A.S

Tahar Ben Jelloun : La nuit sacrée

Un récit fascinant qui nous fait entrer dans la société traditionnelle marocaine,

« une société sans vergogne, basée sur l’hypocrisie, les mythes d’une religion détournée, vidée de sa spiritualité ».

L’héroïne en est une victime, victime de « ce leurre fabriqué par son père obsédé par la honte qui agite l’entourage », honte de n’avoir procréer que des filles !!

Son père la fera passer pour un fils et ne la libérera de ce secret que sur son lit de mort.
Nous voyons comment elle tente de « renaître », de se libérer.

A.S.